haut fr

Nouvelle fiche des espèces : l’érable buerger

L’acer buergeranium ou « érable trident » est nommé ainsi du fait de la forme trilobée de ses feuilles. Il est cultivé en bonsaï au Japon sous le nom de « Kaede ».

C’est une espèce très commune en bonsaï. Il est très présent dans les expositions que ce soit du mame aux très grands bonsaï en passant par les shohin, kifu ou chuhin.

  • Ordre : Sapindales
  • Famille : Aceracerae
  • Genre : Acer
  • Arbre à feuilles caduques originaire de l’Est de la Chine pouvant atteindre 10 à 15 m de haut.

fiche descriptive erable buerger kaede

Ce qui fait leur beauté en bonsaï :

Ce n’est pas un hasard si les érable buerger sont aussi populaires en bonsaï. Ils sont faciles à produire et à cultiver, ils poussent vite, et sont peu sujets aux maladies et aux parasites. Son système racinaire fort permet d’obtenir de très beaux nébari ou de réaliser des plantations sur roches très convaincantes.

D’un point de vue purement esthétique ce sont des feuillus qui ont naturellement des feuilles de petite taille et celles-ci peuvent facilement être réduites à l’aide de défoliation partielle. En automne elles prennent de superbes couleurs allant du jaune à l’orange/rouge. La ramification est fine ce qui permet d’avoir de très beaux arbres lors des expositions en hiver.

Leur écorce n’est pas non plus dénuée d’intérêt et présente des teintes allant du gris au beige avec parfois des teintes orangées en se desquamant par plaques.

Culture de l’érable buerger :

Tailles :

Taille d’entretien : juste après la chute des feuilles en automne on pourra rabattre l’arbre en fonction de la silhouette. La taille est toujours à effectuer au niveau d’un nœud.

Taille de structure : elle est à réaliser à la chute des feuilles ou en février juste avant la reprise racinaire. Il faut bien veiller à creuser les plaies car le buerger referme avec puissance ses cicatrices ce qui peut provoquer des boursouflures si les plaies ne sont pas assez creusées.

Pincements :

Le pincement est à réaliser au démarrage de la végétation dès l’ouverture de la première paire de feuilles comme pour les érables palmés. Il faut pincer le départ du second futur entre-nœud, cela aura pour effet de réduire la taille des entendeurs.

Effeuillage partiel ou défoliation – éclaircissement :

Le premier effeuillage peut être pratiqué 10 à 15 jours après que les premières feuilles de printemps soient « dures ». On veillera également à supprimer toutes les plus grosses feuilles, et ensuite une sur deux pour les plus petites. Au final on supprime environ 60% du feuillage.

L’effeuillage peut être pratiqué plusieurs fois dans l’année  ( 1 à 5 fois) et aura pour effet de favoriser la ramification et de préserver la végétation intérieure.

erable buerger avant effeuillage

avant effeuillage

erable buerger apres effeuillage

après effeuillage

Travail du racinaire au rempotage :

Au printemps vous pouvez travailler le nébari et les racines. Le buerger supporte facilement les travaux drastique sur les racines. Afin d’obtenir un nébari évasé il vous faudra fortement creuser sous le nébari, laver et mettre à plat les racines puis rempoter dans un pot très plat.

Vous pouvez réaliser des greffes de racine en septembre/octobre ou en février/mars. Les greffes de racines fonctionnent très bien sur cette espèce.

Substrat :

100% Akadama, granulométrie moyenne à fine pour les shohin. Il faut toujours bien veiller à mettre une granulométrie assez importante au fond du pot.

L’ajout de charbon de bois peut être bénéfique contre les maladies fongiques.

Emplacement :

Le buerger supporte la mi-ombre ainsi que le plein soleil si l’arrosage est copieux, il fait partie des rares espèce d’érable qui s’adapte à des conditions assez dures.

Création :

En forêt :

Les érables font partie des essences d’arbres qui peuvent être utilisées pour la création de forêt. Vous pouvez en réaliser à partir de jeunes plants ou de semis. Si vous voyagez au Japon vous pourrez en admirer de superbes exemplaires chez Maitre Takeyama à Omiya, son jardin se nomme Fuyo-en.

forêts d'érable buerger à fuyo-en

Forêts d’érable buerger à fuyo-en. Photographie prise en 2014 lors du voyage Bonsai Food & Friends.

Plantation sur roche :

Les érables buerger sont souvent utilisés pour réaliser des plantations sur roche car leurs racines deviennent rapidement imposantes et se fixent bien à la pierre. Au fil des années, et si on ne fait rien pour l’en empêcher l’arbre peut complètement absorber la pierre.

Construire un arbre jeune :

Pour construire un arbre jeune, ou pour démarrer d’un semis ou d’une bouture nous vous conseillons de les placer dans un grand bac avec un mélange akadama pumice. Prenez une granulométrie de 6mm environ. Le bac de culture doit de préférence être grand et peu profond pour aider l’arbre à développer un beau nébari à plat. Vous pouvez utiliser la méthode de maître Tsukada pour créer un nébari exceptionnel en quelques années avec cette variété d’érable.

Le semis marche très bien et vous permettra d’obtenir un très grand nombre de plants pour pas cher. Il faut acheter les graines en début d’automne et leur faire une stratification à froid avant de les semer au printemps.

La bouture vous permettra de gagner quelques années par rapport au semis, mais bien sûr il vous faut un pied mère. Utilisez les branches et les pousses taillées en automne pour réaliser vos boutures. Placez les dans un bac avec du substrat drainant et mettez les sous vos étagères.

Les marcottes fonctionne aussi très bien avec des résultat rapide, il n’est pas rare au japon de voir des arbres de plut de 50cm etre marcotter au niveau de leur cime pour en faire des shohin.

Exposer un buerger dans une composition de shohin :

Choix des pots :

Pour vos érables buerger nous vous conseillons d’utiliser des pots émaillés. Pour les couleurs d’émail possible le choix est très vaste pour les shohins, mais beaucoup moins pour les grands exemplaires.

  • Grands exemplaires : bleu nuit, beige, vert/bleu (comme les pots de Koyo), blanc
  • Shohin et mame : bleu nuit, beige, vert/bleu (comme les pots de Koyo), blanc, bleu ciel, rose, jaune…

Association avec d’autres espèces :

En santen kazari le buerger est souvent associé en arbre secondaire avec un conifère de taille légèrement supérieure ou non. Il peut être exposé associé à un pin rouge (akamatsu), un pin noir (kuromatsu), un genévrier à écailles (itoïgawa) ou à aiguilles (juniperus rigida – tosho). Et pourquoi pas l’associer avec des variétés de chez nous comme le pin sylvestre ou le juniperus sabina.

santen kazari avec genévrier et erable buerger

Composition d’Alexandre ESCUDERO au salon national du bonsaï à Maulévrier en 2016.

santen kazari avec pin noir et erable buerger

Composition d’Alexandre ESCUDERO au salon national du bonsaï à Maulévrier en 2016.

Place dans les armoires de présentation :

Dans une armoire à shohin, comme ce sont des feuillus, ils seront placés soit à l’étage inférieur, soit au milieu.

présentation en armoire à shohin avec un érable buerger

Composition d’Alexandre ESCUDERO au salon national du bonsaï à Maulévrier en 2016. L’érable buerger est à l’étage intermédiaire en face d’un chojubai (chaenomeles).

armoire de shohin shugaten 2015

Armoire de shohin primée à la shugaten 2015 avec en bas un superbe spécimen d’érable buerger dans un pot blanc.

erable buerger shohin shugaten 2015

Détail de l’érable shohin multi-tronc dans son pot blanc.

Traitements phytosanitaires et parasites :

Apparence Identification Traitement
Galles rondes de quelques millimètres sur la face inférieure des feuilles ou sur les rameaux.  Cynips (hyménoptère)  Supprimer les feuilles atteintes. Normalement les traitements insecticides réalisés au printemps règlent ce problème.
Feuilles grignotées de manière méthodique. Présence de chenilles.  Chenilles arpenteuses ou larves de noctuelles et bombyx.  Retirer les chenilles à la main, si possible avec des gants, ou traiter avec des produits au Bacillus thuringiensis ou à la bifenthrine.
No comments yet.

Laisser un commentaire

Translate »
X