haut fr

La présentation des shohin

exposer des bonsai shohinDans cet espace nous allons passer en revue les différents aspects de la présentations des shohin et les règles qui régissent ses présentations.

Esthétique et harmonie dans la composition:

Au-delà des nombreuses règles qui régissent la présentation des shohin, nous devons tenir compte d’une logique envers le biotope naturel de nos arbres ainsi que l’aspect visuel global de l’ensemble.

Une fois les règles assimilées nous devons chercher l’harmonie parfaite dans la composition ou nous devrons observer un ensemble d’arbres présentés au sein d’une même armoire type « Fuji » ou même dans un santen kazari « presentation à trois éléments ». Si un élément ressort de la composition et si l’oeil de l’observateur se fixe sur un point précis et ne voit pas le reste de la composition, alors nous savons que quelques choses ne fonctionne pas au sein même de cette composition.

Il est très difficile de réaliser la composition la plus harmonieuse possible tant sur l’aspect technique que matériel. Nous allons ici passer en revue l’ensemble des éléments de la composition et comment les harmoniser pour le mieux.

Les arbres au sein de la compositions:

En fonction des différents types de présentation il vous faudra accorder la dimension des arbres ainsi que leur niveau de maturité. Cette étape est très compliquée car il faut un nombre important d’arbres afin de pouvoir trouver le meilleur accord.

L’une des clés de la réussite d’une présentation est notamment le rapport de proportion entre les arbres, le respect de leurs placement dans la composition et des directions des plantes. Nous allons voir ensemble les différents cas de figure en fonction des situations de présentation.

Présentation en armoire de type « Fuji »

Sûrement la présentation la plus complexe à réaliser du fait du nombre important d’arbres qu’elle comporte. Il faut trouver six arbres pouvant s’accorder parfaitement sur les points suivants :

  1. Niveau de maturité et dimensions identiques.
  2. Respect des directions des arbres entre eux. L’arbre du haut donne la direction générale à la composition et les arbres des niveaux inférieure doivent se faire face. L’arbre extérieur à la composition doit faire face à l’arbre principal tout en haut.
  3. Différence des espèces. Varier les espèces au sein de la composition est indispensable.
  4. Différence des poteries en terme de couleurs et de formes. Il ne faut pas avoir de redondance dans les poteries en terme de couleur et de forme sur un même niveau au sein de l’armoire.
  5. Respect de l’espèce par rapport au placement dans la composition. Généralement uniquement les pin et genévrier sont placés tout en haut de l’armoire.

photo-jj

Un exemple de présentation avec le sens des directions

Notes complémentaires :

Les conifères de type cryptoméria ou chamaecyparis dans le style d’un arbre de plaine, c’est à dire droit ou en balai, peuvent être uniquement placés en partie basse.

Concernant l’arbre extérieure à la composition, celui devra toujours faire face à l’arbre placé en haut de l’armoire. Son style est généralement semi-cascade ou penché. L’utilisation de feuillus et conifère est possible.

Autres exemple de présentations type « Fuji » vues dans les expositions au Japon :

présentation en armoire fuji

presentation 6 shohins en armoire

Présentation de type san-ten kazari :

santen kazari de shohin

Passons maintenant à un autre type de présentation à deux arbres + plante d’accompagnement aussi appelée « SANTEN- KAZARI ».

san-ten kazari avec kakejiku

santen kazari

Règles de présentation en santen-kazari :

Que ce soit dans le cadre de la présentation d’arbre de taille shohin (20cm) ou d’arbres de taille Kifu (35cm) il faudra respecter certaines règles afin de trouver le meilleur accord.

  1. Il est indispensable que l’arbre principale soit d’une taille supérieure à l’arbre secondaire.
  2. L’arbre principale et l’arbre secondaire doivent se faire face.
  3. Il faudra éviter toutes redondances de couleur et de forme de pots entre les arbres.
  4. En générale le santen kazari est composé d’un conifère en partie haute de style moyogi, cascade ou semi-cascade, et de l’arbre secondaire de type feuillus en partie basse.
  5. La plante d’accompagnement est toujours positionnée plus prêt de l’arbre principal car elle l’accompagne.
  6. lLa présence d’un kakéjiku est possible dans ce type de présentation mais il faudra veiller à la proportion de celui ci et à la relation avec la composition.

D’autres exemples de présentation de shohin avec différentes armoires :

armoires shohin non classique

Les tablettes à shohin :

Le choix des tablettes est un vaste débat. Alors que les accords arbres/pots sont plutôt facilement assimilables car régit par des codes précis, il n’en va pas de même pour les tablettes où l’on doit absolument trouver visuellement le meilleur accord.

Le point primordial se trouve au niveau de la dimension qui devra être ni trop grande ni trop petite. Il n’a pas de calcul savant pour cela, il faut faire des essais avec plusieurs tablettes et trouver le meilleur compris.

Le deuxième point le plus important tient au style de la tablette. Un arbre fin et élégant ne pourrait être placé sur une table massive et fortement décorée mais inversement un conifère massif et puissant ne pourrai être soutenu par une table fine et élégante.

Dans le cas de la présentation des shohin nous posons en général les arbres sur une première tablette ou armoire. Il se peut que dans certains cas de figure nous ayons recours à l’utilisation de tablettes supplémentaires sous les arbres. Certains disent que c’est inutile et parfaitement commercial mais je ne suis pas en accord avec cela. Nous avons besoin de temps à autre de pouvoir corriger une hauteur d’arbre trop faible ou bien même d’apporter plus de rythme dans la composition ou encore d’accentuer le style d’un arbre semi-cascade. Donc au final l’utilisation des tablettes au sein même d’une composition déjà posée sur une armoire s’avère plus que nécessaire, il n’y a qu’à voir les grandes expositions au japon comme la gafu-ten ou la shunga-ten où elles sont régulièrement employées.

Nous espérons que ces informations et exemple de présentations pourront vous aider pour exposer vos shohin. Ces informations sont à titre indicatif, il faut savoir qu’au Japon il n’existe pas une seule et unique voie pour l’exposition des arbres mais la principale recherche est celle de l’harmonisation dans la composition.

Translate »
X