haut fr

Travaux du moment sur un juniperus rigida « Tosho »

Cela faisait un petit moment que je n’avais pas écrit sur le site! Ce qui ne veut pas dire que j’avais oublié de gratter les arbres.

Je vous présente donc un travail que j’ai réaliser sur un juniperus rigida « yamadori » que mon Sensei m’avait proposé à la vente l’année dernière au japon. Cette plante présentait selon moi un fort attrait avec sont gros shari et ses bois mort vieux, abondants et naturels. La végétation de bonne qualité et bien répartie sur l’arbre était aussi un point positif. J’ai acheté l’arbre uniquement sur photo et nous avons organisé l’importation de la plante.

Voici l’arbre tel qu’il était lors de l’achat.

juniperus-rigida

Changer le pot de ce juniperus rigida :

Après une première étude de la plante j’ai décidé de changer la poterie existante (pot de culture) par une poterie de très belle qualité. Ce genre de pot se raréfiera dans les années avenir au japon, puisque ce potier, Kyuzo, a totalement arrêté la production de pot dans les four traditionnel à bois. C’est d’ailleurs ce qui confère à ce fabuleux pot ses effet flammés très difficiles à voir en photo.

La poterie présente des lignes fluides et sobres avec des détails de finitions très fins qui apportent un côté « shin ». Les pieds de type « nuages » sont fins et délicatement sculptés, ils permettront d’élancer encore plus l’arbre.

La teinte brune est elle aussi parfaitement adapté à l’association d’un conifère.

Rempotage et traitement des bois morts :

Après l’étape du rempotage exécuter (utilisation de kiryu 30% – akadama 70%) je me lance dans le traitement du bois et constate qu’à la base de l’arbre, le shari en contact avec la terre à presque complétement pourri. Mais heureusement il n’était pas trop tard et une fois gratté et traité, l’arbre n’a pas de conicité inversée à la base. Cela est un réel soucis car bien souvent les shari qui sont en contact avec la terre pourrissent au bout de nombreuses années sans entretien.

Pour palier à cela il est possible d’utiliser du durcisseur et de traiter la zone, de plus un arrosage plus précis préviendra les soucis, et pour ce faire il faudra éviter d’arroser trop souvent le tronc.

Au japon il faut savoir qu’un juniperus dont le bois mort est pourrit à la base et forme une inversion de conicité, peut perdre un bon tiers de sa valeur commerciale, je vous conseil donc de bien tenir compte de cet aspect dans le choix de vos arbres!

Vue de la zone en cours de traitement:

img_7420

Bois mort pourrit à la base.

Ensuite je continu à nettoyer et dégager les bois mort et shari. Sur la partie arrière il y a en effet un superbe shari qui n’a selon moi jamais été vraiment dégagé et nettoyé.

Pour ce faire j’utilise des gouges et la dremel qui s’avère bien pratique dans les accès difficile.

 

Les étapes pour le nettoyage et la mise en valeur d’un vieux shari

  1. Nettoyage de la veille écorces ou pelage
  2. Dégagement des veines vivantes
  3. Utilisation de la dremel si nécessaire (fraise et brosse métallique)
  4. Vaporisation à l’eau et brossage de la zone à la brosse nylon
  5. Traitement de la zone humide au liquide à jin pur.

 

Vue de la zone avant traitement comme expliqué ci-dessus.

img_7418

 

Vue de la mème zone après traitement et avant la pose du liquide à jin.

img_7423

 

Une fois l’ensemble des bois mort traités, je m’attaque au travail de remise en forme de la végétation. Par chance l’arbre est déjà ligaturé il me faut donc procéder à une taille d’entretien et de sélection des ramifications. Ensuite je repositionne les branches afin de créer des plateaux distincts et des espaces vides bien marqués. Un travail plus fastidieux est à réaliser au niveau de l’apex afin de créer une cime compacte et bien arrondie, ce qui aura pour but de donner un aspect plus mature à l’arbre.

Une fois la remise en forme effectuée on peut bien constater que la forme général de l’arbre s’inscrit dans un triangle équilibré.

 

Résultat du travail (environ 1/2 journée)

IMG_7433

No comments yet.

Laisser un commentaire

Translate »
X